mardi 27 septembre 2016

Franc succès de la Course Cioran 2016 parrainée par La Main de Singe





Unique évènement festif qui a l'honneur d'être parrainé par La Main de Singe et seule compétition au monde où tous les participants sont à la fois gagnants et perdants ex-aequo et dont la récompense est inestimable (qui dit mieux?! : rien moins que la solution miraculeuse à tous les soucis de "l'inconvénient d'être né"), la désormais traditionnelle Course Cioran attire toujours plus d'émules chaque année. 

Soutenue par le Ministère de la Culture et financée comme la Bourse du même nom par le Fonds Cioran du Centre National du Livre (alimenté par les droits d'auteurs posthumes du philosophe), cette Course Cioran est désormais de réputation internationale. 

On vient de loin pour y participer. L'édition 2016 a ainsi réuni des milliers d'amateurs sur l'une des plus sinistres plages de la côte dieppoise. Nouveauté 2016 : le nombreux public familial et les journalistes présents (sauf votre serviteur immunisé par sa lecture de Clément Rosset) furent cette année invités à se joindre aux compétiteurs et cette initiative fut fort appréciée.  Ils ne se le firent pas dire deux fois. Ce fut la ruée.

Après un passage au vestiaire où l'on se dépouilla de tout comme à l'entrée de l'Enfer de Dante, suivi d'un dernier casse-croûte de spécialités locales (moules-frites et calva) dont chacun se régala jusqu'à la dernière moule, la dernière frite et la dernière goutte de cordial, on se massa avec discipline (et une légitime émotion) sur la ligne de départ. 

Au coup de revolver que le Commissaire se tira sans se louper dans le crâne, les deux mille compétiteurs, favorablement dégrisés par un vent glacial, se sont élancés comme un seul homme vers la mer démontée. 

Rappelons que la particularité de cette course, contrairement à ce qui se passe à Lourdes ou dans le Gange, est l'interdiction aux participants de ressortir la tête de l'eau, sous peine d'y être réintroduit de force par l'arbitre. Par chance, le ciel fut avec eux. La météo était sublimement exécrable et l'élément marin remarquablement turbulent. 

La compétition fut cette année particulièrement rapide : au bout de dix minutes, l'intraitable arbitre Monsieur Schiffter, venu de Biarritz, qui surveillait impitoyablement la Course du haut de sa planche de surf, constatait que plus aucune tête ne dépassait de la surface et après les dernières bulles déclarait officiellement terminée cette édition 2016.  

On peut d'ores et déjà s'inscrire auprès de notre bureau pour l'édition 2017, qui promet d'être  encore plus attractive car elle se déroulera à Majorque, sous la présidence d'honneur de Clément Rosset, et sera en effet pimentée par une nouveauté : des requins seront lâchés.

De notre envoyé spécial , L. W.-O.

2 commentaires:

nos consolations a dit…

Enfin de bonnes nouvelles ! En revanche, si quelqu'un sait où est passé Cioran, qu'il se manifeste : http://www.30millionsdamis.fr/communaute/perdu-trouve/animal-perdu-trouve/chat-perdu-cioran-34947/?L=0&cHash=0f99fbec043d1ece4007155012492dc8

Frédéric Schiffter a dit…

Le reportage est on ne peut plus exact. J'étais bien l'arbitre de cette joyeuse course vers la noyade collective, et, en ma qualité de juge scrupuleux et impartial, j'ai veillé à ce que nul participant ne survive. Dès que j'en apercevais un s'efforçant de revenir vers le sable, je le rattrapais vivement et lui fendais entièrement le crâne en deux avec la dérive tranchante de mon longboard.